ACCORD QUALITE DE VIE ET CONDITIONS DE TRAVAIL (QVCT)



 ­
CE QUE LA CFDT A REVENDIQUE DANS CE NOUVEL ACCORD
 
­  Tout au long de la négociation, l’ambition de la CFDT a été de dépasser la notion de santé et qualité de vie au travail afin que des mesures concrètes, en lien avec les conditions de travail des salariés de la CEBPL, soient bien intégrées dans ce nouvel accord.

 L’enjeu de cette négociation était donc pour la CFDT d’obtenir des avancées par rapport aux dispositions de la loi prévention santé au travail du 02 août 2021.

 Fidèle à l’engagement pris aux dernières élections professionnelles de 2019, la section CFDT a défendu la construction d’un accord  permettant de redonner du sens au travail pour tous les salariés de la CEBPL.

 La CFDT a porté ses revendications autour des points clés suivants:
 ­
­­­­­­­RELATIONS SOCIALES ET TRAVAIL­­­­­
­Réalisation d’un entretien professionnel spécifique au retour d’un salarié ayant eu un arrêt de travail de 6 mois minimum ;

Mise en place d’un RDV de liaison pendant la période d’arrêt de travail si celle-ci est >30 joursL’objectif de ce rendez vous non médical est de maintenir le lien entre le salarié et l’employeur pendant la durée d’absence  afin de limiter le risque de désinsertion professionnelle ;

Le manager au cœur de la QVCT: organisation du temps de formation au sein des équipes, accompagnement des nouveaux entrants en cohérence avec la montée en compétence et le niveau d’habilitation ; formation des managers à la prise en compte des situations individuelles dans le cadre d’un management différencié ; valorisation du travail par un retour objectif et bienveillant valorisant les efforts et progrès réalisés tant collectifs qu’individuels ;

Un management différencié : Prise en compte des situations particulières ou évènements spécifiques ( formations, absences, situations particulières de fragilité …) dans les échanges managériaux notamment ceux en lien avec l’appréciation de l’activité ;

Faire vivre le droit à l’erreur et favoriser les espaces de partage la CEBPL s’est engagée à « favoriser l’initiative, la source d’innovation et d’apprentissage qui ne peut exister et grandir sans le droit à l’erreur » ;​​

Dons de jours Abondement d’une journée par l’employeur pour 3 jours donnés par un même collaborateur ;

Une meilleure prise en compte de l’absentéisme dans le calcul de la part variable: l’employeur s’est engagé à réduire la durée de la prise en compte de l’absence d’un salarié à un mois consécutif ou deux mois non consécutifs sur l’année civile pour le calcul du taux de réalisation des objectifs individuels et collectifs. A la demande des élus CFDT, la Direction reviendra vers les managers afin de leur préciser les modalités d’application du nouveau dispositif.­
­­­­­­­ARTICULATION VIE PRIVEE ET PROFESSIONNELLE­­­­­
Reconnaitre le droit à la déconnexion par une charte fixant des règles communes d’usage des outils numériques,  une communication auprès des salariés sur l’importance du respect des horaires, et sur le système de déclaration d’heures en cas de dépassement à des fins de récupération ;

Réduire la mobilité géographique: La CEBPL s’ engage à favoriser la recherche d’une affectation la plus proche du domicile du salarié (recrutement, changement d’affectation) ;​​​​​­
­­­­­­­COMMISSION DE SUIVI­­­­­
­Pour la CFDT, les bonnes intentions ne suffisent pas. Il était également primordial de les concrétiser à travers l’analyse, en commission de suivi, d’indicateurs pertinents et mesurables:Suivi du taux de présentéisme ;Nombre de salariés ayant bénéficié d’un rapprochement domicile-travail ;Nombre de salariés ayant bénéficié de dons de jours et nombre de jours abondés par l’entreprise ;Présentation des actions menées suite aux irritants ;­
­ 
Pour la CFDT, signataire de l’accord ( Cliquer ICI)les premières pierres sont posées sur le long chemin qui nous permettra d’œuvrer concrètement et quotidiennement pour l’amélioration de la qualité de vie et des conditions de travail des salariés.
 ­

NAO NATIONALE 2023: BRANCHE CE

UNE NAO A 2 NIVEAUX  

POURQUOI LA CFDT SIGNE LE PREMIER NIVEAU DE NEGOCIATION NATIONALE :

 
­

Pour permettre à l’ensemble des salariés de bénéficier des mesures suivantes :

– Une Augmentation Générale pérenne de 2,8 % dès le 1er janvier 2023 avec un  plancher de 1000 € ;
Une PPV nationale de 1000 € versée en octobre + complément PPV à négocier  localement ;
Une enveloppe d’augmentation Individuelle de 1,5 % de la masse salariale ;Une Clause de revoyure ;
Une revalorisation des salaires annuels minimaux de Branche (classif A et B) de 6 %.

La CFDT est à l’origine d’une demande anticipée de négocier la revalorisation des salaires au vu de la  situation économique et sociale, alarmante, dans une lettre ouverte à Laurent MIGNON dès le mois  de mai 2022. Les autres OS ont ensuite rejoint cette demande.
 
La CFDT, en négociateur responsable, n’a pas souhaité prendre le risque d’obtenir encore moins que  les autres établissements des secteurs équivalents avec une non-signature. 

La Branche CE, au travers de BPCE, n’est que partiellement au rendez-vous. La base est définie, une signature détermine les fondations, la NAO nationale de Branche CE seule  ne règlera pas en totalité la question du pouvoir d’achat, ni celle de l’inflation. 

La signature de l’accord permet une déclinaison locale notamment en ce qui concerne la prime de  partage de la valeur (PPV), modulable cette année, permettant d’améliorer ou de compenser l’AG. 

La CFDT restera mobilisée pour construire une NAO locale de deuxième niveau, afin d’améliorer la perte de pouvoir d’achat.
 
La CFDT refuse toute posture dogmatique et restera attentive à l’égard de certaines contestations  rageuses, en rupture avec le dialogue social, qui n’ont pas le monopole de la revendication. 
­

La vrai combativité, c’est d’être force de propositions… La CFDT reste dans la logique de dire, mais aussi de faire !

REJOIGNEZ-NOUS ! 

Situation économique et financière de la CEBPL au 31.12.2021 Expression syndicale CFDT

LES ELUS CFDT AU CSE EXPRIMENT AUPRES DE LA DIRECTION LEUR INCOMPREHENSION ET LEURS ATTENTES! 


Lors de la séance plénière du CSE du 16 juin 2022, le cabinet d’expertise SYNDEX, mandaté par les élus du CSE, a rendu ses conclusions sur la situation économique et financière de la CEBPL au 31/12/2021.
 
Le rapport confirme un Résultat Net Part de Groupe (RNPG) en nette progression par rapport à 2020 (+24%).
 
Si le résultat financier est le reflet d’éléments non récurrents (variations comptables liées à la réévaluation d’actifs, politique de provisionnement du risque sectoriel et règlementaire, baisse de l’IS, etc.…), le rapport établit aussi un lien étroit entre la progression du RNPG et la performance commerciale des salariés avec :Un savoir-faire très soutenu sur les prêts immobiliers et le crédit à la consommation (cliquer ICI) ;
Une performance élevée en collecte assurance vie ainsi qu’en part investie en Unités de Compte (cliquer ICI) ;
Un dynamisme commercial avec une cadence de RDV et un niveau de ventes brutes/ETP bien plus élevé que dans les autres caisses sur le marché des particuliers (cliquer ICI) ;
Un taux de conversion de RDV en ventes parmi les meilleurs sur le marché des professionnels (cliquer ICI) ;
Un niveau de production de crédits aux professionnels (partie privée incluse) qui témoigne également d’une performance élevée (cliquer ICI) ;
Un positionnement de la BDR,  hors ESI, dans le TOP 3 du RCE et qui est donc en phase avec les attendus de la Direction de la CEBPL (cliquer ICI).
         
Pour la CFDT, la performance financière de la CEBPL est avant tout le fruit du travail de l’ensemble des salariés du réseau commercial et des fonctions support. Un travail réalisé sur un rythme effréné dans un contexte de réorganisation profonde de l’entreprise initiée il y a 4 ans.

Dans le réseau commercial, le cabinet SYNDEX s’interroge même sur l’opportunité d’un rythme de RDV hebdomadaire aussi soutenu. En effet, l’expert constate que l’augmentation du nombre de RDV tend à dégrader le ratio ventes/ RDV.

Les élus CFDT au CSE ont exprimé auprès de la Direction leur incompréhension face à l’inertie constatée de l’employeur dans sa politique de partage du résultat en faveur des travailleurs de la CEBPL.

En effet, la CEBPL se situe au 10ème rang* du RCE sur l’indicateur INTERESSEMENT! Le rang de la CEBPL sur cet item est donc bien éloignée de celui de ses performances commerciales… ( cliquer ICI)

La CFDT considère inacceptable le refus de la Direction de rétribuer les salariés à la hauteur de leur véritable performance.

La CFDT donne donc RDV à la direction de la CEBPL pour les négociations à venir. Au regard du contexte inflationniste**, elle demande à l’employeur qu’il prenne la pleine mesure des attentes des salariés en termes de pouvoir d’achat.

*   Niveau de l’intéressement rapporté au RNPG
** Données INSEE:  En mai 2022, les prix à la consommation sur 12 mois ont augmenté de 5,2%.
 ­




 
­

NEGOCIATION EGALITE PROFESSIONNELLE FAISONS TOUS ENSEMBLE DE L’EGALITE UNE REALITE!

Au cours de la négociation, la CFDT a porté de nombreuses propositions. Si plusieurs actions énoncées et rédigées par la CFDT ont été retenues, certaines revendications n’ont toutefois pas été satisfaites par la Direction.

La
CFDT a pesé fortement dans la négociation pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et obtenir des actions concrètes. Les avancées obtenues par rapport à la situation actuelle dans l’entreprise méritent que la CFDT signe cet accord.

En cliquant
ICI, nous vous invitons à lire l’accord. Il éclaire sur les engagements pris par l’entreprise, ceux imposés par la loi comme ceux acquis par la lutte de vos représentants CFDT à savoir :

  • Les rémunérations

– avec la mise en œuvre d’un réajustement salarial au titre de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes au travers d’une enveloppe budgétaire dédiée ;

  • Le déroulement de carrière :​​​​​ 

en favorisant l’émergence de candidatures diversifiées sur les postes à pourvoir en interne et en augmentant la représentation des femmes dans l’encadrement en se fixant l’objectif de tendre vers 50 % (actuellement 46 %) ;

– en veillant à une homogénéité des parcours indifféremment du genre, de la parentalité et du temps de travail ;

– en visant une parité des collaborateurs identifiés dans les viviers de promotion ;

– en prévoyant un parcours de formation en amont de la prise de poste ;

– en mettant en place des actions de sensibilisation afin de  valoriser en priorité les métiers pour lesquels l’un des genres est surreprésenté ;

  • Le retour à l’emploi après une absence de plus de 6 mois consécutifs

en permettant au salarié d’être accompagné (formation, remise à niveau) et de solliciter un entretien professionnel spécifique ;

  • L’articulation entre la vie privée et la vie professionnelle

 –  en permettant une compensation financière pour la prise en charge des frais de garde d’enfant en cas d’impossibilité de report de la formation pour un(e) salarié(e) en temps partiel ;
– en demandant de faciliter l’accès à l’information de la prise de congés spéciaux ;

  • La prévention contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes

-en apportant notamment une attention particulière dans la communication sur les principes élémentaires de respect de l’intégrité des personnes auprès de tous les salariés ;

L’égalité est une des quatre valeurs de la CFDT (Emancipation, Solidarité, Egalité, Démocratie).
Vos élus CFDT restent mobilisés pour faire de l’égalité professionnelle un axe transversal de toutes ses revendications !

Nous continuerons à défendre une égalité salariale réelle en veillant à la stricte application par la CEBPL de l’article L-3221-3 du Code du Travail relatif à l’analyse des rémunérations et des diagnostics des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes